Découvrez la flûte enchantée, ultime oeuvre maçonnique de Mozart

Découvrez la flûte enchantée, ultime oeuvre maçonnique de Mozart

« La flûte enchantée » opéra maçonnique de Mozart

Si la « Flûte enchantée« , opéra maçonnique, est l’oeuvre ultime de Mozart, c’est également une de ses plus populaires compositions. Ce spingspiel ( opéra chanté en allemand), composé à la base pour des chanteurs dont tous n’étaient pas professionnels, comporte une part importante de dialogues parlés. L’œuvre rencontre un grand succès et est représentée de nombreuses fois. Le compositeur, qui l’apprécie, assiste à plusieurs représentations.
S’adressant à un public de tous âges, La Flûte enchantée est une composition particulièrement riche en symboles. La majorité des thèmes abordés sont inspirés des rituels d’initiation de la franc-maçonnerie (dont Mozart fait partie quand il compose l’oeuvre).

C’est ainsi qu’à l‘image d’un franc-maçon, l’argument présente Pamino progresser d’étape en étape à la recherche de la Vérité. Il finira par triompher des épreuves qui le mènent à la connaissance de soi, et ce grâce à son introspection, et à la reconnaissance de nombreux symboles.
Par la l’universalisme des thèmes évoqués, le succès de « La Flûte Enchantée » tient à son questionnement, toujours actuel, sur les mystères et le sens de la vie, les contradictions du monde et la recherche d’une certaine spiritualité. La première représentation a lieu le 30 septembre 1791 c’est à dire quelques mois seulement avant la mort du compositeur.

« La Flûte enchantée », oeuvre ultime de Mozart

Avant d’être sollicité pour composer cet opéra, Mozart fait face à des difficultés financières car son dernier opéra Così fan tutte, créé en janvier 1790, n’obtient pas obtenu le succès escompté. Mozart ne pouvait espérer un quelconque salut de la part du nouvel empereur, Leopold II, qui ne l’appréciait pas. C’est dans ce contexte de représentation de ses œuvres se faisant plus en plus rare que le compositeur du célèbre Requiem travaille à un nouvel opéra chanté en allemand (un singspiel) . C’est son ami Emanuel Schikaneder, son frère en franc-maçonnerie et ami de longue date, qui en rédige le livret.

« La flûte enchantée » : créée en 2 temps et représentée en 2 actes

L’écriture de « La flûte enchantée » se fait en 2 phases, car elle est interrompue par celle d’un Requiem) et d’un autre opéra (La Clémence de Titus). Réalisées en moins de 3 semaines, ces œuvres étaient destinées à animer le couronnement de Léopold II en tant que roi des Bohèmes. Une fois « La Clémence de Titus » achevée, il revient sur « La flûte enchantée » pour peaufiner son son instrumentation.
Le compositeur de « Don Giovanni » compose « La Flûte » en moins de six mois, mais, conformément à son habitude, il compose l’Ouverture la veille de la répétition générale !

Une première suivie de 24 représentations

Représentée pour la première fois au « Theater auf der Wieden » à Vienne, « La flûte enchantée » réunit un millier de spectateurs. 

Depuis son clavecin, Mozart dirige lui-même l’opéra qui est caractérisé par divers effets spéciaux (éclairs, effets de tonnerre, etc.). Même si le public accueille le premier acte avec peu d’enthousiasme, le deuxième acte l’a époustouflé et l’on assiste à un tonnerre d’applaudissements.
Face à ce succès, la pièce est représentée pratiquement tous les soirs (24 fois en octobre de la même année) et le compositeur de génie  vient régulièrement assister lui-même aux représentations.

La Flûte : Opéra ou Spingsiel ?

Même si Mozart désigne « La Flûte enchantée » comme « grand opéra », l’œuvre adopte les caractéristiques d’un singspiel, c’est à dire un opéra populaire destiné à un théâtre populaire, dans lequel les dialogues parlés remplacent les récitatifs chantés.
Cependant, le compositeur réserve le passage particulièrement virtuose de la Reine de la Nuit à sa belle-sœur, Josepha Hofer, qu’il savait être excellente chanteuse. Celle-ci interpréta d’ailleurs le rôle sur scène pendant dix ans, jusqu’en 1801. Cet aria, véritable pièce de bravoure, est devenu un des morceaux culte du répertoire.

Pour lire le détail de l’argument de l’opéra cliquez ici

  • GENRE
    opéra : singspiel
  • LIBRETTISTE
    Emanuel Schikaneder
  • COMPOSITION
    en 1791 à Vienne
  • CRÉATION
    le 30 septembre 1791 au Theater auf der Wieden, à Vienne
  • FORME
    opéra en une ouverture et deux actes
  • INSTRUMENTATION
    BOIS : 1 piccolo, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 1 cor de basset, 2 bassons
    CUIVRES : 2 cors, 2 trompettes, 3 trombones
    PERCUSSIONS : timbales, glockenspiel
    CORDES : violons 1 et 2, altos, violoncelles, contrebasses

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share

Written by:

15 Posts

View All Posts
Follow Me :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.