Fantsaia, quand le rêve devient réalité

Fantsaia, quand le rêve devient réalité

FANTASIA : un rêve devenu réalité

Walt Elias Disney, plus connu sous le nom de Walt Disney, avait ce désir immense de concilier l’animation visuelle et la musique classique. Il ne s’est jamais avoué vaincu, même après quelques essais pas très satisfaisants. Mais bientôt, un heureux hasard allait lui rendre service en ayant Léopold Stokowski sur son chemin. À partir de cet instant précis, une collaboration mémorable se mettait en place.

Qui était Léopold ?

Léopold Stokowski était un chef d’orchestre renommé à l’époque. Bien que cela puisse paraître étrange ; les deux jeunes hommes s’emballaient pour le même projet. Connaissant bien le domaine musical, Léopold pouvait parfaitement répondre à toutes les attentes de Walt.

De quoi s’agissait réellement le projet ?

Les directives de départ étaient bien simples. Il fallait associer les courts-métrages de Mickey Mouse et Paul Dukas à une composition classique correspondante. Toutefois, Léopold et Walt se montrèrent plus ambitieux qu’ils voulaient repousser davantage leurs limites. Une pièce cinématographique long-métrage intitulée « Fantasia » serait l’objectif final.

Pourquoi « Fantasia » ?

On devait cette appellation évocatrice à notre très cher Léopold Stokowski. Vu que Walt et lui partaient dans une conquête artistique inédite et complexe, « Fantasia » était le titre idéal. De plus, elle impliquait encore de nombreuses recherches afin de pouvoir aboutir.

Comment serait-elle présentée ?

Pour constituer un long-métrage, Walt et Léopold ont dû distinguer huit œuvres classiques au total. Il y avait notamment : La Toccata et Fugue de J.S.Bach, le Casse -Noisette de Tchaïkovski, l’Apprenti sorcier de Dukas, le sacre du printemps de Stravinsky, la Symphonie no.6 « Pastorale » de Beethoven, la Danse des Heures de la Gioconda de Ponchielli, Une nuit sur le Mont chauve de Moussorgski et l’Ave Maria de Schubert. Par ailleurs, un narrateur passerait également sur l’écran avant le commencement du film. Sans oublier que de nouveaux effets spéciaux comme le «  Fantassound » avaient été préalablement installés dans la salle de diffusion. Pour parfaire l’ensemble, la partie visuelle avait été composée de plusieurs animations en courts-métrages.

Des opinions partagées concernant « Fantasia »

La première date de diffusion du chef d’œuvre « Fantasia » a été fixée le 13 novembre 1940 au Broadway Théâtre de New York. Une partie des critiques s’est montrée très désobligeante.





Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share

Written by:

15 Posts

View All Posts
Follow Me :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.