Isaac Albeniz était à la fois musicien…et aventurier

Isaac Albeniz était à la fois musicien…et aventurier

Isaac Albéniz (arrière grand-père de Cécilia Attias): une vie d’aventures et de musique

Cécilia Attias, l’ex-épouse de l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy, avait un arrière grand-père célèbre: Isaac Albeniz, compositeur du célèbre Asturias. Egalement arrière-grand-oncle de l’homme politique espagnol Alberto Ruiz-Gallardón, Albéniz est sans doute le compositeur auquel on fait le plus correspondre le renouveau de la musique espagnole. Son existence elle-même est une épopée à laquelle se reflète une âme musicale emplie de couleurs et de nuances. La seule évocation de son nom suffit à évoquer la célébrissime mélodie d’Asturias, ou bien les sonorités vives de la guitare. Et pourtant, Isaac Albéniz n’était ni andalou ni même guitariste ! S’il était pianiste, la majorité de ses œuvres ont été composées loin de son Espagne natale.

Albéniz, une enfance mouvementée

Isaac Albéniz a l’âme d’un homme libre. Un côté qu’il ne cesse de démontrer depuis son enfance. Prodige au piano dès l’âge de 4 ans (Isaac donne son tout premier concert sur la scène du Teatro Romea de Barcelone, en duo avec sa soeur). Il fait la fierté de son père au chômage et lui inspire bien des ambitions. Le futur compositeur de Iberia est déjà inondé de contrats alors qu’il a à peine 10 ans. L’envie d’aventure lui prend et l’amène à vagabonder partout en Espagne, seul à bord d’un train, d’un bateau…

Albéniz, musicien jeune prodige bourlingueur et anecdotier

Sa vie de musicien aventurier semble l’emporter sur son amour pour sa terre natale. Albéniz voyage un peu partout aux quatre coins du monde, plus particulièrement en Amérique latine, au Brésil, en Argentine… Il s’établit aussi à Leipzig, Bruxelles, Londres et à Paris où il fait la rencontre d’autres célèbres musiciens de l’époque comme Debussy ou encore Gabriel Fauré. La plupart de ses compositions sont même réalisées et publiées bien loin de son pays. Sa tendance aventurière ne s’est quelque peu freinée qu’à la suite de son mariage et de la naissance de ses 5 enfants.

Une musique novatrice

Malgré son image de globe-trotter qui aurait eu peu d’intérêt à rester au pays, c’est pourtant bien à Barcelone qu’il fait la rencontre de l’éminent musicologue et précurseur des musiques de la Renaissance espagnole : Felipe Pedrell. Au courant de l’année 1883, ce mentor lui inculque l’idée d’une refonte, qui l’entraîne vers un nouveau processus de création. Le compositeur produira un mélange de mélodies folkloriques et populaires espagnoles avec ce qu’on avait l’habitude de qualifier de musique savante.

Rapport indéfectible d’Albéniz avec la musique espagnole

De par ses méthodes de composition qui intègrent les sonorités catalanes ou andalouses si caractéristiques, Isaac Albéniz marque non seulement un renouveau dans la façon de composer en Espagne, mais aussi son profond attachement sentimental envers son pays. Sa fougue d’aventurier l’entraine jusqu’à son décès en 1909, dans une allure productive effrénée et intensive.
De plus en plus malade pendant les dix dernières années de sa vie, il ne cesse de composer, tant et si bien que son éditeur le prie de ralentir son rythme de production effréné.

Le compositeur d’Asturias, né le 29 mai 2860, décède quelques jours avant son 49e anniversaire, le 18 mai 1909, à Combo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques) où il était alors parti se ressourcer.

Isaac albeniz au piano
Isaac Albeniz au piano avec sa soeur Laura, en 1905

Peu de temps avant sa mort, Albeniz aura eu la possibilité de voir une dernière fois son ami et compatriote Enrique Granados, qui lui aura rendu une dernière visite, lui apprenant qu’il venait d’être décoré de la Croix de la Légion d’Honneur.

Parmi ses œuvres les plus célèbres,

  • Iberia
  • Suite espagnole, no 1, op. 47
  • Suite espagnole, no 2, op. 97
  • 3 Suites anciennes, op. 54, op. 64 et sans opus ;
  • Rapsodia española, op. 70
  • Recuerdos de Viaje, op. 71 (1887), dont la sixième pièce, Rumores de la caleta, est la plus connue ;
    La Vega (1897) ; Chants d’Espagne, op. 232, dont le prélude est la célèbre pièce Asturias

 

La Suite española ou Suite espagnole op. 47, composée alors que le musicien était malade, est essentiellement une évocation musicale de l’Andalousie. Cette suite est majoritairement constituée d’œuvres rassemblées en l’honneur de Marie-Christine d’Autriche, reine d’Espagne.

Les différentes pièces utilisent différents styles musicaux de régions d’Espagne.
La suite des principales compositions est la suivante :

  • Granada (Serenade)
  • Cataluña (es) (Courante)Sevilla (Sevillana)Cádiz (Saeta)
  • Asturias – Leyenda (es) (Prélude)
  • Aragón (Fantaisie)
  • Castilla (Séguédille)
  • Cuba (Caprice)
  • Granada (Serenade)

La majorité des compositions d’Albeniz, sont écrites pour piano
Les différentes pièces de la suite furent créées, à partir de 1906, à Paris. Asturias a été transcrit pour guitare à de nombreuses reprises (version la plus célèbre par Andrés Segovia), ainsi que pour orchestre.

Image : Isaac Albeniz avec sa soeur Laura, en 1905.  Couverture :Piano d’Isaac Albéniz exposé au musée Albéniz de Camprodon
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share

Written by:

Rédacteur Web et SEO, spécialiste des recherches documentaires. Toujours à l'affût de l'information qui fera dire "tiens, je ne le savais pas" !
View All Posts
Follow Me :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.