Wilhem Furtwanglër, un musicien hors du siècle

Wilhem Furtwanglër, un musicien hors du siècle

Furtwängler Wilhelm, le nouveau Beethoven

Fervent admirateur de Beethoven, Furtwängler Wilhelm est un chef d’orchestre et compositeur. Ses compositions comptent parmi les meilleures œuvres de l’histoire. Malgré des débuts difficiles en temps de guerre, il n’a pas perdu pied.

Le chef d’orchestre dans un contexte anxiogène

La domination du régime nazi en Allemagne chamboule le secteur artistique du pays. Refusant de quitter son territoire, Furtwängler s’éloigne de la sphère politique et se concentre sur sa carrière. En 1934, le chef d’orchestre se détache de ses fonctions officielles. À l’époque, il travaille sur deux sonates pour violon et piano ainsi qu’un Concerto symphonique pour piano et orchestre. Sous la présence d’Hitler, il dirige même son Orchestre symphonique de Berlin en 1935, au cours d’un concert Beethoven.

Décoré de la Légion d’honneur en 1939, il dirige en Scandinavie, à Vienne et Berlin tout en enregistrant les Symphonies n°5, n°7 et n°8 de Bruckner.

Après la Seconde Guerre mondiale, le musicien subit un procès de dénazification. Furtwängler reprend du service à Paris, à Londres et participe à la réouverture du Festival de Bayreuth, avec la Neuvième de Beethoven.

Des débuts difficiles pour le musicien

Issu d’une famille aisée, Furtwängler aspire dès son enfance à devenir un grand compositeur. Il écrit des pièces pour piano, des partitions et un Te Deum qui subissent des avis mitigés. Son premier concert à Munich reçoit également des critiques négatives. Après avoir essuyé un énième échec à Lübeck, il apprend à devenir chef d’orchestre.

En 1915, il décroche le poste de Kappelmeister à l’Opéra de Mannheim. C’est ainsi que commence un enchainement de succès et de critiques élogieuses. Il succède à Arthur Nikisch en 1922 et dirige le Gewandhaus de Leipzig jusqu’en 1928.

Il entame sa tournée en Amérique en 1925 et dirige le New York Philarmonic. Il enregistre à la même époque la Cinquième Symphonie de Beethoven. Il retourne à Vienne pour y diriger l’Orchestre philharmonique de Vienne. Le chef d’orchestre intègre ensuite le Festival de Bayreuth.

Avant sa mort en novembre 1954, l’artiste enregistre « La Walkyrie de Wagner » avec le Philharmonique de Vienne et participe aux festivals de Lucerne et de Besançon.

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share

Written by:

15 Posts

View All Posts
Follow Me :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.